Elos la blanche

De Oniropædia
Révision de 8 juin 2007 à 15:50 par Narcian le Grand Rêvant (discussion | contributions) (a renommé Elos la Blanche en Elos la blanche: minusculisation)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Ville décrite par Azraël Tomé, Étienne de la Sayette et Antoine Chéret dans L'Oiseau Oracle.

Elos la Blanche se tient en bordure de mer. A l'ombre de ses murailles antiques vivent 100,000 âmes. Des ports aux larges jetées partent les vaisseaux à trois rangs de rameurs, aux voiles blanches frappées d'or. Au centre de la ville, les Palais de la Reine et de Sa Grande Préciosité et les tours des Précieux Astrologues, toujours plus près des étoiles, ponctuent l'horizon de la cité. Les fêtes, innombrables, rythment le temps qui passe. Et dans les rues, au Théâtre ou aux thermes, dans chaque visage aperçu, les citoyens d'Élos cherchent leurs parents draconiques, les premiers, les seuls avec qui ils pourront vivre et former une belle famille…

Autorités

La population est partagée en trois catégories :

  • Les citoyens. Ce sont tout ceux qui, de parents élosiens, sont nés sur le territoire de la cité.
  • Les esclaves. Il existe à Elos une importante population servile. Toute personne déclarée stérile est esclave.
  • Les étrangers. Les étrangers ne sont admis à Élos qu'à condition d'être capable de procréer ! On ne se soucie guère de connaître les raisons de leur venue.

Les hautes instances du pouvoir sont les suivantes :

  • Sa Grande Préciosité. Réincarnation de Polycède, le fondateur de la cité d'Élos, Sa Grande Préciosité (c'est son titre et le seul nom qu'on lui connaisse) est le maître d'Élos. Elle incarne la cité et garantit la pérennité des institutions élosiennes.
  • La reine d'Élos. Elle est l'incarnation symbolique de Phaolte, la pècheresse de la légende (femme de Poycède ayant fauté avec un taureau qui s'est avéré être un Dragon facétieux arpentant son rêve sous cette forme). Choisie par le Grand et Précieux Astrologue parmi plusieurs jeunes vierges, elle sera pendant un an reine d'Élos. Elle n'a d'autre rôle que d'incarner le pouvoir féminin de la cité et donne son nom à l'année en cours (on dit alors de la reine qu'elle est éponyme). En fait la réalité du pouvoir est tenue par l'Assemblée Précieuse.
  • L'Assemblée Précieuse. Elle se compose de toutes les anciennes Reines d'Élos, et compte de quarante à soixante membres, suivant la longévité des Reines. Son rôle, comme celui de la femme vis à vis de la famille, est de gérer au quotidien les affaires de la cité.
  • Le Grand et Précieux Astrologue. Il est l'un des plus puissants personnages d'Élos. Il est nommé à ce poste par l'Assemblée Précieuse et ce pour dix ans. Il désigne chaque année une nouvelle reine d'Élos.

Lois en vigueur

A Élos, on punit tout particulièrement ceux qui, par leurs actes, nuisent à la cité et au bien public, ou vont à l'encontre de la survie des familles draconiques. Ainsi les relations sexuelles non-productives sont interdites.

Le haut-rêve est toléré à Élos, tant qu'il vise au bien-être de la cité.

Les peines varient bien sûr selon la gravité de la faute commise mais sont généralement assez dures: les galères, la castration, l'ostracisme, la proscription et la « Peine du père ».

Ressources

Relais & Boutiques

Auberges :

  • L'Auberge de la Ciguë
  • L'Auberge de l'Escalpe
  • L'Auberge du Hérichon

Commerces :

  • Le Quartier Marchand
  • Le Souque
  • La Place d'Esparlongue

Quartiers notables

Elos est traversée par un fleuve délimitant la Rive Mâle et la Rive Femelle. La Rive Mâle est le secteur populeux de la ville tandis que la Rive Femelle héberge les centres de pouvoir.


Histoire

Elos fut fondée par deux frères, Etéocle et Ioharim, fruit de l'union tumultueuse d'un Dragon sous forme bovine, Codrimnashivalazoueg, et de l'épouse de Polycède, qui avait capturé la "taureau".

Liens Externes

Rubrique Atlas de l'Oiseau Oracle